Les policiers doivent-ils être désarmés hors service?

24 novembre 2017

Dimanche dernier, à Sarcelles dans le Val-d’Oise un policier a abattu trois personnes avec son arme de service, en a blessé grièvement trois autres avant de mettre fin à ses jours . Le policier venait de terminer son service. Les forces de l’ordre doivent-elles être désarmées hors service?

Phillipe 53 ans retraité a répondu à nos questions sur le port d'armes chez les forces de l'ordrePhilippe, 53 ans, retraité

« Je pense personnellement qu’il faut les désarmer. Il existe des équipes spécialisées dans la lutte contre le terrorisme. Il n’y a pas besoin de policiers armés pour les simples citoyens. Dans un autre pays se serait peut-être efficace, mais pas en France, on est en temps de paix malgré tout, on peut se passer de policiers armés »

 

Catherine 62 ans retraité a répondu à nos questions sur le port d'armes chez les forces de l'ordreCatherine, 62 ans, retraité

« C’est difficile de répondre, mais il devrait y avoir un suivi, dès qu’ils sont dépressifs ou ont le moindre problème mental on leur retire leurs armes hors service jusqu’à ce qu’ils soient guéris. Mais en soi, un policier bien portant doit avoir le droit de garder son arme. »

 

Nathalie a accepté de répondre à nos questions sur le port d'arme des policiers Nathalie, 39 ans, coiffeuse

« Ils ont toujours été armés même hors service, je connais plusieurs policiers qui malheureusement portaient toujours leur arme avec eux. Les armuriers ne voulaient pas les reprendre même s’ils auraient du. Après on a besoin d’une police, ils ne sont pas inutiles, surtout maintenant, mais peut-être pas 24h sur 24. »

 

Elodie a accepté de répondre à nos questions sur le port d'armes des policiers Élodie, 20 ans, étudiante

« C’est un drame que l’on ne peut pas prévoir, il faut pas changer de politique sécuritaire dans toute la France pour autant. C’est un accident de la vie, c’est malheureux mais c’est comme ça. C’est un cas exceptionnel qu’il ne faut ni banaliser ni généraliser. Donc oui il faut laisser les policiers armés au risque de drames. »

Tristan Carballeda

Elève à l'institut supérieur du journalisme de Toulouse. Correspondant à la nouvelle république des Pyrénées au cours de l'année 2016-2017. Stagiaire à la semaine des Pyrénées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.