Une vente aux enchères exceptionnelle pour Primardeco

26 septembre 2019
Ces dessins, de Benjamin Zix, sont partis pour plusieurs milliers d'euros.
Ces dessins, de Benjamin Zix, sont partis pour plusieurs milliers d’euros.

Mercredi 25 septembre, l’hôtel des ventes Primardeco était le théâtre d’une vente aux enchères exceptionnelle, marquée par plusieurs dessins des campagnes napoléoniennes en Pologne et Russie durant l’hiver 1806. Des peintures du peintre Foujita ont aussi affolé les acheteurs.

78 lots, un public en nombre, et des acheteurs du monde entier. L’hôtel des ventes Primardeco était sur son 31 ce mercredi après-midi. 28 dessins de l’époque napoléonienne étaient mis aux enchères. Des œuvres vendues entre 2000 et 9000 euros pour la plupart. Mais la pièce la plus attendue, un album de croquis, a été adjugée à 11 500 euros. Réalisé principalement par Benjamin Zix, ces dessins documentent la campagne de Pologne et de Russie, en 1806 et 1807.

Bien que les enchères se soient déroulées dans les règles, le Musée du Louvre a fait valoir un droit de préemption sur l’ensemble des illustrations napoléoniennes. Le musée parisien a ainsi 15 jours pour racheter les dessins. Ce patrimoine très français devrait donc rester sur le territoire.

Une perspective qui ravissait le commissaire-priseur, Jerôme de Collonges : « On a tout vendu, très cher, notamment au plus grand musée du monde, le Louvre. C’est une immense satisfaction de pouvoir toucher les plus grandes institutions, les plus grands marchands, les plus grands collectionneurs. »

Des acheteurs à l’international

Le chef d’orchestre de la vente se félicitait surtout d’avoir réussi une telle vente à Toulouse, loin des grandes maisons d’enchères parisiennes : « Les acheteurs viennent d’Asie, d’Angleterre, d’Allemagne, de France. Mais peu de Toulousains malheureusement. On a la confiance des vendeurs, qui comprennent que localement le commissaire-priseur sérieux et appliqué travaille aussi bien qu’ailleurs. »

Si les dessins napoléoniens ont attiré les curieux, c’est bien la vente des tableaux de Tsugouharou Foujita, peintre culte du début du XXe siècle, qui a affolé les acheteurs. Son tableau de 1956 La jeune fille aux oiseaux a été vendu, à un collectionneur français, pour 330 000 euros .

Mathieu Yerle

Étudiant en 1ere année de prépa. Passionné de musique et de sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.