Intoxication au monoxyde de carbone : le danger à éviter

13 décembre 2017

Première cause de mortalité par gaz toxique en France, l’intoxication au monoxyde de carbone sévit d’autant plus pendant la période hivernale. Institutions et professionnels indiquent les bonnes procédures à adopter pour éviter le drame.

Hier, une famille transportée à temps à l’hôpital de Purpan, a été sauvé d’une intoxication au monoxyde de carbone (CO). Ces accidents sont « fréquents » durant la période hivernale rappelle l’ARS, l’Agence Régionale de Santé Occitanie. « 1 041 cas d’intoxication au monoxyde de carbone ont été signalés durant l’hiver 2016-2017 en France ». Selon le site de la Santé Publique de France, « cette intoxication est la première cause de mortalité par gaz toxique en France. Près de huit intoxications au monoxyde de carbone sur dix ont lieu de manière accidentelle dans l’habitat. La chaudière y est la source d’intoxication la plus fréquente. » Même à faible quantité, le CO est fortement toxique. « C’est un gaz asphyxiant. Il se propage dans l’air, et peut être mortel en moins d’une heure. De plus il est indétectable, c’est à dire invisible, inodore et non irritant » explique l’ARS Occitanie.

Quelques bons gestes à adopter.

Ces épisodes résultent essentiellement du mauvais fonctionnement d’appareils de chauffage et de production d’eau chaude. Une mauvaise aération, ventilation provoque la mauvaise évacuation des fumées et gaz.
Un chauffagiste d’Engie Toulouse recommande de « faire vérifier par un professionnel toutes les installations types chaudières, cheminée, poêles chaque année quelques mois, quelques semaines avant l’hiver. Il ne faut jamais boucher, comme on voit souvent avec du papier par exemple, les entrées et sorties d’air. » L’ARS Occitanie préconise également d’aérer tous les jours au moins 10 minutes le domicile. « C’est bon pour notre santé et on vérifie également le fonctionnement de la ventilation. »
Selon le Conseil Départementale de l’Ordre des Médecins de Toulouse, « Dès les premiers symptômes qui sont maux de têtes, nausées et vomissements, surtout s’ils affectent plusieurs personnes dans un même domicile. Aérez la pièce pour faire évacuer le gaz, sortez des locaux et appelez les urgences (112), les pompiers (18) ou le Samu (15). »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.