Téléthon, une édition 2017 controversée

13 décembre 2017

À l’occasion du Téléthon, Pascaline Wittkowski, atteinte d’une maladie orpheline, appelait à boycotter les dons. Rendue publique par l’association PETA, Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux; la vidéo dénonce les maltraitances faites envers les animaux dans les laboratoires financés par le Téléthon. Une polémique pas forcément partagée par l’ensemble des myopathes, ici à Toulouse.

« Et la souffrance humaine dans tout ça ? » Rebecca, atteinte d’une myopathie de Steinert, ne rejoint pas l’appel lancé par Pascaline. « La souffrance animale est grave et je suis contre. Mais personnellement, je souffre déjà assez comme ça. Je ne vais pas donner de ma moelle osseuse et souffrir encore plus. » Cette maladie l’empêche de courir et de marcher sur de longues distances. Il n’existe aucun traitement contre sa dystrophie musculaire et elle déplore un manque de solutions alternatives concrètes. « Des tests sur des cellules humaines ? Pourquoi pas. Mais est-ce que les membres de PETA vont aller donner un de leur rein, un bout de leur foie ? Je ne pense pas ».

Une vidéo qui n’a pas fait le buzz auprès des myopathes

Pour la mère de trois enfants, c’est une nécessité de continuer à envoyer des dons. « Grâce au Téléthon, des enfants obtiennent des fauteuils roulants que leurs parents n’auraient jamais pu leur payer ». Elle réfute aussi certains propos avancés dans la vidéo. « Bien sûr qu’il y a eu des guérisons; Mathilde 27 ans, qu’on a pu voir lors de cette édition, a pu remarcher en recevant un traitement. » Rebecca espère pouvoir aussi, un jour, marcher comme tout le monde. Contacté par nos soins, l’AFM téléthon estime avoir « largement répondu sur le sujet ». Et nous invite à consulter leur communiqué « mise au point ».

 

Héloïse Thépaut

Etudiante à L'ISJT, noircisseuse de papier et féministe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.