La DuckRace à Toulouse, une polémique plastique ?

20 septembre 2018
Crédit: PublicDomainPictures /CC0

Crédit: PublicDomainPictures /CC0

Coin coin. La ville rose accueillera une course de canards en plastique sur la Garonne ce week-end. Course atypique, qui consiste à lancer à l’eau des milliers de canards chiffrés et à créer une « tombola aquatique » géante dans le but de récolter des fonds caritatifs. Cependant, les conséquences environnementales interrogent?

Dans l’ère de la problématique plastique, cette course fait polémique. « Ce qui nous préoccupe n’est pas la course de canards en soi mais la multiplication d’événements similaires, l’effet de mode » s’inquiète l’association Robin des Bois, qui se bat pour les droits de la nature. Près de 6000 palmipèdes en plastique jaune seront lancés sur le fleuve toulousain. Ce dimanche 23 septembre, la Garonne se transformera en circuit. Objectif selon les organisateurs : « récolter des fonds » pour différentes associations dont Ceresa et SOS Attitude. Ces organismes proposent respectivement des actions envers les personnes autistes et les familles défavorisées. Un enjeu important donc pour ces deux associations puisque l’événement aura lieu sur le « très fréquenté quai de la Daurade ».

Cette « mascarade » comme le dénonce l’association de défense de l’environnement, pose la question des effets secondaires générés par cet événement. « Attirer les gens près du fleuve ou des quais, c’est aussi polluer davantage ces lieux, que ce soit avec des mégots de cigarettes ou des paquets de chips par exemple » déclare un des représentants de l’association. Ce à quoi l’organisation Rotaract répond « le quai sera entièrement nettoyé après la course ». De plus, Pauline Amiel, membre du club organisateur, explique que des installations seront mises en place pour la récupération du plastique comme des « épuisettes » ou des « équipes placées sur des bateaux ». Pour finir, « les canards seront réutilisés, ils ne finiront pas à la poubelle ».

« Les causes défendues sont bonnes, mais il y a de meilleures manières de le faire »

Insolite, l’événement conforte tout de même son caractère caritatif en laissant le choix au public : « Lors de l’achat d’un canard en ligne, on choisit l’association à laquelle on veut reverser la somme », explique l’organisation Rotaract. D’un point de vue environnemental, Rotaract participe en parallèle à des actions en faveur de Dame Nature comme le World Clean Up Day, journée mondiale de nettoyage des déchets. Néanmoins, cette pêche aux canards caritative heurte certaines âmes anti-plastiques qui concluent « Les causes défendues sont bonnes mais il y a de meilleures manières de le faire ».

Eva Kruyver

Étudiante en deuxième année de prépa de journalisme à l'ISJT et passionnée de voyages, de cinéma, de politique et du monde actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.