La Pro D2 tient sa finale : ce sera Perpignan – Grenoble !

30 avril 2018
Jérôme Bosviel et consorts ne verront pas cette année la finale d'accession. crédit: Daxipedia / CC BY-SA

Jérôme Bosviel et consorts ne verront pas cette année la finale d’accession. crédit: Daxipedia / CC BY-SA

Seuls 17% des équipes qui se déplacent en demi-finale de Pro D2 parviennent à se qualifier en finale d’accession. Et contre toute attente Grenoble a créé la surprise en allant s’imposer à Montauban. Dans le même temps, Perpignan a fait respecter la hiérarchie en disposant à Aimé Giral de Mont-de-Marsan. Les deux équipes se retrouveront la semaine prochaine à Toulouse à l’occasion de cette finale pour l’accessit en Top 14.

Au terme d’un match où les Grenoblois auront su éteindre les ardeurs des joueurs de Sapiac, les Isérois ont obtenu leur billet pour Toulouse aux dépens de Montalbanais trop timorés et approximatifs. C’est sur l’entame de match que les joueurs de Stéphane Glas auront su faire la différence grâce à un essai du pilier Taumalolo en force dès la 5e minute. Celui-ci se permettra même d’inscrire un doublé à la demi-heure de jeu. Un avantage clair et ce, malgré la situation d’infériorité numérique dans laquelle les Grenoblois se trouvaient après le carton jaune de l’ailier Lucas Dupont. Menés 15 à 3 à la pause, les Montalbanais craqueront une nouvelle fois sous les coups de boutoir des visiteurs. C’est en filou que David Mêlé, le demi de mêlée grenoblois viendra creuser l’écart.

Dos au mur, les Tarn et Garonnais réagiront à la 65ème  grâce à Jérémy Chaput en bord de touche. Cet essai redonna un semblant d’espoir à un public déjà bien refroidi. Dans l’élan d’un retour qui s’annonçait impossible, l’USM redonnera un peu plus de consistances à cette remontada en inscrivant un essai à la 78e sur un ballon porté grâce à Amédée Domenech. Mais après avoir poussé dans les dernières minutes, l’arbitre Thomas Charabas sanctionnera les verts sur la pénal-touche de la gagne emportant dans le même temps les espoirs de montée du peuple montalbanais. 22-15 score final, les Grenoblois iront à Toulouse pour disputer une finale pour la montée 2 ans après leur descente à l’échelon inférieur.

Perpignan sur sa lancée

Karl Chateau, auteur d'un essai a lourdement pesé sur cette demi-finale. crédit: Daxipedia / CC BY-SA 4.0

Karl Chateau, auteur d’un essai a lourdement pesé sur cette demi-finale. crédit: Daxipedia / CC BY-SA 4.0

Hors de l’élite depuis 2014, les Catalans vont avoir une chance exceptionnelle de rétablir cette anomalie la semaine prochaine à Toulouse. Dominateurs de bout en bout d’une équipe de Mont de Marsan valeureuse, les USAPistes n’auront jamais été inquiétés dans cette rencontre et l’emporte sur le score de 28 à 8. Après avoir eu toutes les peines du monde à se procurer des occasions d’essais, c’est sur un coup du sort que les Perpignanais planteront la première banderille du match. Sur une sortie de camp, le demi de mêlée montois Loustalot se fait contrer et c’est le 3ème ligne aile Alan Brazo qui, le plus prompt, aplatira le premier essai de la partie.

Mais le réel tournant du match se situe juste après le retour des vestiaires. Coupable d’un mauvais geste, le deuxième-ligne montois Dan Malafosse est expulsé et laisse ses partenaires à 14 pour la majeure partie de la seconde période. La suite est un véritable calvaire pour les joueurs de Christophe Laussucq. Deux essais en dix minutes et 18 points plus tard, l’affaire est pliée par l’intermédiaire de Karl Chateau et Matthieu Acebes. Ils ne s’en remettront pas et tomberont les armes à la main. Mais la victoire de Perpignan ne souffre quant à elle d’aucune contestation possible. Les Catalans ont su étouffer les velléités montoises malgré la timide réaction en fin de match avec l’essai de Ropate Ratu.

Perpignan et Grenoble se retrouveront donc au stade Ernest Wallon pour une place en Top 14. Une bataille entre deux anciens pensionnaires de l’élite qui auront à coeur de retrouver les sommets. Rappelons qu’avec la nouvelle formule du championnat, le perdant de cette finale affrontera sur sa pelouse le club classé 13ème de Top 14. Une place qui semble promise à Oyonnax au vu des calendriers des joueurs du Haut-Bugey. Leur adversaire pour la descente à savoir le Stade Français se déplacera sur la pelouse du Stade Rochelais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.