Chap’nGo : l’application de bons plans entre « vrais » amis

8 janvier 2019
Olivierde Guyenro, fondateur de Chap'nGo. Crédit photo : Olivier de Guyenro

Olivierde Guyenro, fondateur de Chap’nGo. Crédit photo : Olivier de Guyenro

Chap’nGo, a été lancé il y a 1 an sur mobile par Olivier de Guyenro. Le but, partager des bons plans entre amis. Pour le premier semestre de 2019, l’équipe prévoit la monétisation de certaines options comme le kit « bonnes adresses ».

« On a eu envie de redonner un sens aux mots « amitié » et « partages ». », explique Olivier de Guyenro, le fondateur de Chap’nGo. L’application a pour mot d’ordre le partage de bonnes adresses entre « vrais » amis. Cela englobe les restaurants, les bars, les boutiques, les opticiens, les artisans ou même les événements culturels. Chap’nGo est téléchargeable gratuitement et sans aucune limitation sur Appstore et Google Play depuis maintenant 1 an. Noté 4,9 sur 5, Olivier de Guyenro est satisfait : « Nous avons eu un peu moins de 5,000 téléchargements sans aucune communication, nous commençons tout juste le marketing. ». Et pour répondre au succès, l’équipe a d’ailleurs prévu de s’agrandir, passant de 5 à 10 personnes courant 2019. Mais un autre défi se présage pour cette année: la question financière.

Chap’nGo en 2019

La start-up hébergée à At Home dans le quartier d’Esquirol, « n’est pas encore rentré dans ses frais », explique Olivier de Guyenro. Ces prochains mois seront l’occasion d‘aborder le sujet à Chapn’Go. « Les discussions porteront sur le lancement de la monétisation de certaines options. ». Parmi ses options, le kit « bonnes adresses ». «Nous proposons dans ses kits, des adresses qui correspondent au goût de chacun. », dit le fondateur. Les utilisateurs payent pour avoir une liste de lieux, les adresses mentionnées aussi. Une levée de fond fait aussi partie des plans du fondateur. En 2016 il avait réalisé une levée de 150.000 euros, pour cette année, Olivier de Guyenro souhaite réaliser une levée de fond de 750.000 euros, mais rien n’est signé. « Nous sommes en pourparler avec différents fonds ».

Chris Daza

Etudiant en Prépa 2 à l'ISJT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.