La parole se libère t-elle autour des agressions sexuelles ?

13 octobre 2017

Le scandale de l’affaire Weinstein explose aux États-Unis depuis les révélations du New York Times le 5 octobre. Des personnalités publiques comme Angelina Jolie ou Léa Seydoux, ou de simples femmes, prennent la parole pour dénoncer des agressions sexuelles dont elles ont été victimes.

pierre -louis a repondu a des questions sur la liberation de la parole sur les aggressions sexuelles

Pierre-Louis, 18ans, étudiant :

« Oui la parole se libère et c’est tant mieux. Les victimes doivent pouvoir parler librement de ces choses-là et elles le peuvent de plus en plus. On n’a quand même pas l’habitude que ça prenne autant d’ampleur que le scandale actuel aux États-Unis. Mais cette fois-ci toutes les personnes impliquées sont connues.»

melody a repondu a des questions sur la liberation de la parole sur les aggressions sexuelles

Melody, 20ans, étudiante en anthropologie :

« Un peu, mais ça reste encore trop tabou, la parole des victimes est encadrée, et on a l’impression qu’elles doivent respecter le politiquement correct, même dans leur témoignage. Dans le scandale actuel les victimes sont toutes des stars pourtant ça mis a du temps à éclater, ça montre bien qu’il y a un tabou autour du sujet. »

andré a répondu a des questions à propos de la libération de la parole autour des agressions sexuelles

André, 73ans, retraité :

« Oui, on en parle beaucoup plus qu’il y a 20 ou 30ans par exemple. Maintenant les victimes peuvent parler et se libérer, c’est une très bonne chose d’ailleurs. On en parle plus, mais ça ne veut pas dire qu’il y a plus d’agressions sexuelles. Les gens ont moins peur de prendre la parole pour raconter leur histoire. »

 

isabelle a repodu a des quetion a propos de la libération de la parole au sujet des agressions sexuelles

Isabelle, 48ans, assistante dentaire :

« Non, on en parle pas forcément plus, ça reste un sujet qu’on ne veut pas ou qu’on ose pas aborder en société. Il y a encore des efforts à faire dans ce domaine-là. Si on en parle autant ces derniers temps c’est à cause, ou grâce, à la popularité des personnes concernées. Se libérer de ces choses-là est encore compliqué aujourd’hui. »

Charline Bouzon

Élève en deuxième année d'école à l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse. Passionnée par la radio et la presse écrite. Intéressée par les enjeux écologiques et climatiques ainsi que les questions de sociétés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.