5000 nouveaux migrants à Brême, que faire en France?

13 octobre 2017

La ville allemande de Brême s’apprête à accueillir près de 5000 migrants. Ces personnes viendront se rajouter aux 650.000 déjà présents. La France, elle, n’en compte que 250.000 sur l’ensemble de son territoire. Pensez-vous que des villes françaises devraient faire de même?

isabelle a répondu à des questions sur les migrants

Isabelle, 55 ans, bibliothécaire

« La politique allemande n’est pas la même que la politique française en termes d’immigration. Le gros problème c’est qu’ils ne veulent pas rester en France, ils ne veulent aller qu’en Angleterre. En France ont à pas posé de quotas, accueillir des migrants alors qu’on a je ne sais pas combien de SDF en France, faut peut-être revoir ses priorités. »

Gabriel a répondu a des questions sur les migrants

Gabriel, 55ans, ingénieur

« Personnellement je connais des migrants, j’aide des jeunes irakiens en leur donnant des cours de maths pour les aider à s’intégrer. Les pays riches comme la France ne peuvent pas fermer leurs portes aux gens qui demandent de l’aide, et qui, comme dans le cas de l’Irak risquent leur vie à rester chez eux. »

Philippe-Gabriel a repondu a des questions sur les migrants

 

Philippe-Gabriel, 60 ans, sculpteur

« En France on peut accueillir mais l’on ne veut pas parce qu’ils ne nous apportent rien, ce serait de riches monégasques ils seraient déjà tous là. Après ce n’est pas en les accueillant qu’on va régler le problème chez eux, on doit tout faire pour améliorer la situation chez eux, pour pas qu’ils n’aient à partir. »

shiyu a repondu à des questions sur les migrants

 

Shiyu, 22ans, professeure de chinois

« La France est le pays de l’égalité, accueillir des migrants et quelque chose de très important, notamment les réfugiés politiques. Il faut aussi se méfier des migrants, même si beaucoup viennent en paix, certains peuvent être une menace pour la sécurité, il faut contrôler leur nombre et leur pays d’origine. »

Tristan Carballeda

Elève à l'institut supérieur du journalisme de Toulouse. Correspondant à la nouvelle république des Pyrénées au cours de l'année 2016-2017. Stagiaire à la semaine des Pyrénées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.