Pour la ligne A, Toulouse voit XXL

10 janvier 2019

Avec 1 mois de retard, les travaux de la ligne A sont terminés. La ligne XXL voit le jour avec une rame deux fois plus longue, 52 mètres au lieu de 26. Ligne XXL, future 3e ligne, le métro a le vent en poupe à Toulouse. Mais est-ce suffisant pour le prendre ? Ou préférez-vous le vélo ou la voiture ? Réponses dans les rues toulousaines.

Julie, 27 ans, salarié

« Le métro est très souvent bondé, le passage de la ligne A en ligne XXL doit permettre de la désengorger. Sa réouverture complète est un soulagement surtout après avoir été souvent bloquée pendant les travaux. Mais les stations de métro devraient être plus nombreuses, car si j’ai la chance de pouvoir y accéder facilement, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Pour ma part, j’alterne entre métro et vélo, mais Toulouse est une ville polarisée par les voitures. L’accès des vélos doit aussi être amélioré. »

Patrick, 55 ans, électricien

« La rame est plus grande, mais pour les personnes habitant à l’extérieur du centre-ville l’accès reste compliqué à cause du manque de station. Je ne peux pas prendre le métro; et le train n’est pas non plus une alternative. La voiture reste donc le meilleur moyen de me déplacer avec ma caisse à outils. En revanche, pour mon temps libre dans le centre-ville, le métro est plus pratique et moins cher qu’un parking.»

Christine, 77 ans, retraité

« Les travaux ont perturbé le bon fonctionnement du métro et l’incendie la veille de l’inauguration n’a pas amélioré la situation. Malgré ces couacs, en temps normal, je prends le métro et non ma voiture. Mais d’après moi, les bus peuvent être améliorés sur la ville. La ligne 13 ne dessert pas la clinique Rive Gauche, nous avons donc lancé une pétition.»

Benjamin, 20 ans, étudiant

« L’amélioration de la ligne A aura un impact seulement si elle n’est pas arrêtée aussi souvent que c’est le cas aujourd’hui. Si le métro est amélioré, l’ensemble des transports doit être étudié, comme la sécurité pour les vélos. Je ne n’ose plus utiliser le mien après avoir été victime de vol. Des abris sécurisés pourraient être installés. Pour les étudiants qui n’habitent pas en centre-ville et sont sans permis, le bus est la seule solution et le manque de correspondance les handicape

Lou-Anne Strasfogel

Etudiante en journalisme à l'ISJT, passionée par la culture mondiale et l'investigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.