Macron promet de « déclassifier » les documents sur l’assassinat de Thomas Sankara

29 novembre 2017

En déplacement diplomatique au Burkina Faso, Emmanuel Macron a promis hier lors de son discours à l’Université de Ouagadougou, de « déclassifier » les documents secrets-défense concernant l’assassinat de l’ancien président burkinabè, Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987. Véritable figure de l’anticolonialisme panafricain, sorte de Che Guevara africain pour la jeunesse burkinabè, ces documents pourraient confirmer les soupçons qui pèsent autour de l’ex-dirigeant Blaise Compaoré, mais aussi sur l’administration française de l’époque.

mathieu vergez

Etudiant en journalisme à l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse, en première année. Par ailleurs musicien passionné de vieux rock, d'art et d'Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.