Perquisitions chez Lafarge à Paris et Bruxelles

15 novembre 2017

L’enquête sur les arrangements entre le groupe Lafarge et l’Etat Islamique se poursuit. Des perquisitions ont eu lieu aux sièges de l’entreprise de ciment, à Paris et à Bruxelles. Une enquête préliminaire vient de confirmer que pour assurer le maintien de ses activités sur le territoire syrien malgré le conflit, le groupe Lafarge a dû verser de l’argent à l’EI notamment, qui contrôlait la région entre 2013 et 2014. Outre l’accusation de « financement d’une entreprise terroriste », Lafarge est aussi accusé d’avoir violé l’embargo de 2011. L’entreprise aurait régulièrement acheté des matières premières à l’EI.

mathieu vergez

Etudiant en journalisme à l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse, en première année. Par ailleurs musicien passionné de vieux rock, d'art et d'Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.