Marché de Noël à Toulouse : l’alternatif a la côte

29 novembre 2017

Le marché de Noël alternatif, allées Jules Guesde à Toulouse. Photo / Crédit : Tom Pujalte

Le marché de Noël de Toulouse place du Capitole rassemble chaque année plus de 2 millions de visiteurs. Les Toulousains, prompts à sortir pendant cette période de fêtes, se tournent cependant vers de nouvelles alternatives. Le marché de Noël artisanal et solidaire, situé allées Jules Guesde, rassemble quant à lui 65 000 fidèles.

« Au départ, on était à Arnaud Bernard et au fil des ans on a pu s’installer aux allées Jules Guesde » explique Lionel Cieciura, coordinateur du marché depuis ses débuts. « Notre but c’était de promouvoir l’économie sociale et solidaire, […] de montrer que l’on peut aussi consommer « responsable » pendant les fêtes de fin d’année ». Avec ses 45 stands, contre les 30 du début, le marché a su gagner sa 4ème place de marché alternatif au niveau national. L’évènement a pu mettre de nouveaux moyens pour attirer plus de personnes. Le budget fixé pour la communication, disposé par la mairie, a ainsi considérablement augmenté. « On m’a dit de ne pas vous divulguer le chiffre. » répond en riant M. Cieciura.

Une notoriété grandissante

Une question légitime se pose alors : pourquoi ne pas transférer les stands au Capitole ? « Ça nous reviendrait trop cher… ». La différence de prix est énorme pour les exposants. Contre un chalet à 8 000 € sur la place centrale de Toulouse, ceux des allées Jules Guesde sont seulement à 20 € le m2. « On peut même descendre à 5 euros pour ceux qui ont plus de difficulté financière. En échange, on leur demande de donner quelques heures à l’association, en distribuant des flyers par exemple ».

Maria Alejandra Amaya Faillace, nouvelle cette année au marché, adhère complètement au concept. Fondatrice d’une micro-entreprise de commerce solidaire de produits Wahuu venant de Colombie, elle raconte le choix de participer à ce marché. « Les gens qui viennent ici sont là parce qu’ils sont au courant de ces pratiques. On peut ainsi échanger sur la nature des produits, de leur provenance et de leur histoire, je pense que c’est ça qui joue beaucoup. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.